SEO – La recherche de mots-clés multilingues

Une fois n’est pas coutume, je recois un invité qui m’a gentiment proposé de poster sur le muscle pour parler SEO et plus précisément de la recherche de Mots clés dans une stratégie SEO multilingue. Le article suivant a été écrit par Dan Aldulescu, chargé marketing dans l’agence de traduction Lingo24. Fondée en Écosse en 2001, Lingo24 compte aujourd’hui 160 employés et offre ses services en régime 24 heures sur 24 pour des clients de plus de 60 pays. Je me suis permis d’annoter certains passage pour lesquels il me semble que certaines précisions étaient nécessaires. Hope y’all Enjoy!

La recherche de mots-clés est un élément vital dans le processus d’une campagne de référencement. Toute entreprise en ligne souhaitant se lancer sur le marché international doit mener cette recherche avant que les sites en langues étrangères pour les pays cibles ne soient construits. Une bonne recherche et implémentation peut être déterminante pour le succès d’une entreprise sur un nouveau marché.

La recherche et l’analyse de mots-clés aident l’entreprise à mieux connaitre les particularités du marché cible étranger, ce qui constitue un point majeur dans la mise en place d’une stratégie de marketing personnalisée pour chaque pays cible.

Une approche systémique de la recherche de mots-clés vous aidera à trouver les caractéristiques suivantes en vue de rédiger le message le plus efficace pour toucher vos prospects étrangers.

  • Identifier si les prospects ont besoin de ce que vous voulez leurs offrir
  • Comprendre les besoins spécifiques des prospects pour adapter votre offre à leur comportement d’achat
  • Identifier les internautes qui cherchent quelque chose de spécial
  • Identifier quand est-ce qu’ils cherchent les produits ou services que vous offrez.

La recherche de mots-clés comprend non seulement l’identification proprement dite de termes de recherche spécifiques pour un certain domaine, mais vise aussi à identifier et à comprendre le comportement en ligne des prospects dans les marchés visés.

Vous trouverez ci-dessous les quelques étapes du processus de recherche de mots-clés multilingues.

Identification et traduction

La première étape du processus consiste à recueillir des informations pertinentes qui vous aideront à rédiger une liste de termes à analyser. Les sources de ces informations peuvent être les outils Web d’analyse de trafic, les outils de suggestion de mots-clés, les brainstormings, les dictionnaires de synonymes, les outils de traduction, les outils d’analyse de la concurrence, etc…

Même s‘il est possible d’utiliser des outils de traduction automatique qui donnent, parfois, de bons résultats, il est recommandé de soumettre les termes que vous avez identifiés à la révision d’un traducteur professionnel. Il disposera aussi bien des compétences linguistiques que culturelles lui permettant d’identifier les meilleures options pour votre marché cible.

Vérifiez les suggestions du traducteur en utilisant l’outil de mots-clés de Google, AdWords. Avant d’implémenter les termes dans le contenu du site, il est aussi nécessaire de s’assurer qu’ils bénéficient d’un volume de recherches suffisant et constant afin d’accroître les chances d’attirer les prospects.

Sélection

Une fois les mots-clés identifiés et vérifiés, il est nécessaire d’en établir une liste finale, en vue de les implémenter dans le contenu du site. Le processus de sélection doit se baser sur des facteurs objectifs tels que le type de recherche, l’intention commerciale, le volume de recherches et la pertinence du terme pour l’entreprise, le produit ou le service. Les termes analysés dans cette étape en fonction des facteurs mentionnés relèveront sûrement d’autres suggestions pouvant être incluses dans la liste finale si elles s’avèrent pertinentes.

Note du Juge – pour vous aider dans la sélection de vos mots cles – consultez l’article « Evaluer le niveau de concurrence d’un mot clé » .

Implémentation

Une fois que vous aurez établi la liste finale contenant les termes clés ayant présenté des résultats justifiant leur utilisation, vous pourrez passer à leur implémentation dans le contenu du site. Groupez les termes selon leurs caractéristiques et attribuez à chaque groupe de mots une page où il sera implémenté. Il vous faudra faire attention à ne pas abuser des mots-clés utilisés. Il est recommandé d’en utiliser un dans le titre, un dans la description et entre deux et quatre dans le contenu.   Une page comptant une multitude de mots-clés ne sera peut-être pas trouvée pertinente par le visiteur pour sa recherche, et risque aussi d’être considérée comme un spam par les moteurs de recherche.

Les mêmes principes s’appliquent à n’importe quelle langue cible. Les seules variables sont les particularités culturelles de chaque groupe de prospects étrangers et leurs comportements de recherche et d’achat. Si, en plus, on identifie ces variables, il devient possible de personnaliser une stratégie pour chaque groupe cible et ainsi d’obtenir les meilleurs résultats.

Note du Juge – En ce qui concerne l’implémentation des mots clés dans les pages il n’y a pas de recettes miracles – les conseils dans le paragraphe ci-dessus sont généraux – rien n’est inscrit dans la pierre et il faudra tester encore et encore pour obtenir un compromis acceptable pour votre site.

40 thoughts on “SEO – La recherche de mots-clés multilingues

  1. olivier

    sympa l’article ….pas facile de faire du multilingue….Déjà d’un pays à l’autre en fonction du marché on peut se retrouver à devoir utiliser des mots clés complètement différents….Une simple traduction risque de ne pas suffire…
    Il faut réussir à se mettre à la place du consommateur afin de comprendre son processus. Lorsqu’il s’agit de le faire dans un pays étranger ce n’est pas facile…car nous ne connaissons pas forcément toutes les habitudes des consommateurs…

    Reply
  2. Shelko

    C’est vrai que pour implémenter le multilingues sur un site il ne faut pas juste effectuer une traduction (aussi professionnelle soit-elle) et cette notion pourrait même être mise en oeuvre sur la même langue en fonction du pays visé, en ne regardant seulement que les pays francophones, le champ lexical et totalement différent si l’on se place au Québec, au Maroc ou au Luxembourg.

    Reply
  3. Thomas

    Un paramètre à prendre en compte aussi lors de la prospection sur un marché étranger est de savoir si le nom de votre entreprise n’a pas une signification inattendue dans la langue cible (ex: insulte).
    Beaucoup de grandes marques se sont faites avoir à ce petit jeu et ça peut coûter très cher !

    PS : Chouette un article SEO, ça faisait longtemps 😀

    Reply
  4. Alecsy

    Merci pour cet article.

    Déjà que la recherche de mots-clés dans notre langue n’est pas simple alors dans différentes langues 🙂

    +1 à Thomas : Se lancer dans l’International avec une marque ça peut poser beaucoup de problème si on ne s’est pas renseigné avant.

    Reply
  5. popov75

    Merci pour cet article, qui ne répond malheureusement pas à une de mes interrogations qui me turlupine depuis un bon moment. Quid d’un site en Français qui propose ses services, à un public francophone et anglophone (par exemple, un gite). Le public anglophone va-t-il se rendre sur google.fr pour trouver son bonheur. Va-t-il utiliser des requêtes FR ou EN pour trouver son hébergement. Un peu des deux ?

    Reply
  6. Louis

    Merci pour cet article qui nous donne une première vision de ce qu’il faut faire pour se développer à l’international en terme SEO.

    Pour moi, il y a une forte influence comportementale et culturelle lors d’une recherche sur Google. On ne va pas rechercher la même chose d’une même façon en France et en Allemagne par exemple.

    Mais il est vrai qu’il doit être possible de s’approcher des bons mots clés avec toutes les procédures d’identification et de sélection présentées dans cet article.

    On pourrait regretter tout de même que les outils comme le générateur de mots clés adwords, google trends ou encore insights donnent des résultats de plus en plus faux (en tout cas de mon expérience).

    Reply
  7. Phil

    Déjà sur une seule langue c’est du boulot…Mais si en plus il faut faire un travail spécifique (car la traduction mot à mot est souvent une aberration) là ca doit être vraiment un parcours du combattant.

    Quelquechose me dit qu’il faut faire gaffe de ne pas sous estimé les journées vendues!

    Reply
  8. Julien Post author

    @popov75
    La meilleure solution pour un site franco/anglophone est de créer 2 sites en fait, un pour les francophones et un pour les anglophones – car les anglophones vont faire les recherches a partir de leur moteur de recherche local (google.com, google.co.uk) et c’est la que tout l’interet de la traduction vient.

    Reply
  9. Dan

    Merci pour vos commentaires. Tous les points dont vous avez parlé sont des éléments du processus de localisation.
    Thomas à raison, beaucoup des marques ont échoué sur un marché parce que leurs spécialistes en marketing ont ignoré les particularités culturelles des prospects et n’ont pas réussi à transmettre un message pertinent et implémenter une stratégie efficace de marketing en ligne. Appart les particularités linguistiques il faut tenir compte aussi des quelques aspects de design, comme les couleurs et les menus. Les couleurs peuvent avoir, pour certaines cultures, des fortes connotations négatives.
    N’importe la langue, l’optimisation pour les moteurs de recherche suppose un effort constant. Il faut suivre les tendances de recherche sur le marché cible et, si c’est le cas, adapter le site pour suivre ces tendances.

    Reply
  10. Nicolas

    De ma propre expérience et un peu su bon sens marketing je dirais qu’il ets capital de se focaliser sur
    1. la recherche des mots clé utilisés par les prospects = parler le langage de son client
    2. faire traduire par un pro, pour la même raison en fait 🙂

    Reply
  11. Minhchau

    Bonjour Julien,

    Billet très instructif comme d’habitude. Par contre, je trouve dommage que le « duplicate content » n’ai pas été traité dans cet article. Par exemple, j’aurais souhaité savoir si une traduction à l’identique d’un texte anglais en Français peut générer un « duplicate content » ?

    Reply
  12. Julien Post author

    @minhchau
    Il n’y a pas de duplicate entre un texte en francais et sa traduction dans un autre langage.

    Il se peut qu’il y ait un probleme de duplicate lorsqu’on fait plusieurs version anglaises par exemple UK, US, CA. mais en aucun cas il n’est possible de faire du duplicate entre 2 versions dans des langages distinct.

    Reply
  13. julien foucault

    Le choix des mots clés est un travail qui doit s’effectuer en amont de toute création de sites internet. Pour nous aider, il existe quand même des outils qui nous facilitent énormément le travail. Je n’en citerai que deux qui m’ont procuré un gain de temps non négligeable dans la recherche d’expressions clés anglaise : keyworddiscovery.com et wordtracker.com. ENJOY !

    Reply
  14. sha

    Je pense aussi que pour les sites internet visant la fonctione multilingue, une étude approfondie des mots clés dans toutes les langues doit être effectuée.
    Merci pour le tuyau julien foucault cela va m’être très utile.

    Reply
  15. steeve

    Article intéressant avec pas mal de rappels mais aucune note sur l’arrivée du hhtps par défaut pour les personnes connectées sur leur compte google et l’impossibilité pour les webmasters ensuite de faire le travail d’analyse et de réflexion sur les mots-clés entrants

    Reply
  16. Hugo

    Que pensez vous de gtranslate.net qui propose un widget utilisant également l’api Google translate avec jquery pour afficher la traduction ?

    Reply
    1. Julien Post author

      Les traduction faite par GG translate ne sont pas utilisabe tel quelle. Elle peuvent aider et je m’en sers d’ailleurs souvent mais il faut repasser derriere a chaque fois.

      Reply
  17. Mancko

    La grosse difficulté consiste à gérer le contenu dupliqué entre plusieurs langues très proches. On pourrait facilement être tenté de faire un version en français international et une en québécois, ou encore en portugais européen et brésilien, sans compter les différents anglais (US, UK, Australie…), mais le sur-coût engendré par la peur du contenu dupliqué (plusieurs noms de domaine, filtre par IP source, ou acceptation d’une langue plus canonique que les autres) limite fortement l’expérience.

    De plus, le but n’est pas forcément d’atteindre des marchés localisés dans un premier temps, mais de les découvrir en suivant les visites du site. Par exemple, une version espagnole « générique » peut très bien décoller après un certain temps au Mexique alors qu’on l’avait initialement pensée pour l’Espagne. Que faire alors si tous nos efforts ont été orientés vers le marché ibérique ?

    Reply
  18. Heroes In The Sky

    Comme plusieurs personnes ici l’ont dit , la mode multilingue est pas si facile que ça , il faut avoir étudié les mots clefs concerné … Mais quand c’est fait (pour moi) c’est un excellent investissement !
    Article très intéressant merci encore 🙂

    Reply
  19. lisa

    Merci pour l’article Julien 🙂 Pour de la performance, ne vaut-il mieux pas, tout de même, faire valider la liste de mots-clés générée par un référenceur du pays visé ? Ca devrait aider d’une part pour bien coller aux pratiques en termes de vocabulaire, mais aussi d’avoir une idée du niveau de concurrence sur les termes choisis ?

    Reply
  20. axel

    Article intéressant, tant il est vrai que les mots-clés sont le nerf de la guerre. J’aurais aimé une ouverture sur l’optimisation inpage en terme de structure pour un site multilingue: nouveau site externe, dossiers séparés, sous-domaines? Comment rubriquer suivant les CMS utilisés etc., quels sont les plugins qui fonctionnent le mieux?

    Reply
  21. John

    Merci pour cette article precis sur un domaine qui me tient a coeur. Apres diverses recherches, j’ai finalement opte pour un site different par pays/langue. C’est plus complique mais permet de bien ranker dans les marches cible.

    Reply
  22. Orlando

    Dur dur de percer dans un marche ou on ne maitrise pas la langue. J’ai eu beaucoup d’echec dans ce domaine.

    La solution d’un TLD par pays avec optimitisation SEO local reste la meilleur dans mes testes empiriques.

    Orlando

    Reply
  23. agence de traduction

    Ne pas prendre de TLD unique pour les pays ciblés, et ne pas changer le texte en fonction de la zone ciblée, vous encourrez les foudres de google !!
    Le multi-linguisme des sites à minima aujourd’hui c’est fini !!
    il faut du rédactionnel localisé et bien traduit, pensez aussi à signaler sur gg webmaster tools la zone géographique ciblée si ce n’est pas implicite !

    Reply
    1. Julien Post author

      1 – Les NDD unique par pays (et si possible hebergé dans le pays cible) sont effectivement la solution que je préconise – pas le peine de s’énerver
      2 – Le multilinguisme d’un site peut etre une solution tout a fait correcte a partir du moment ou cela est bien fait – C’est ce que j’apelle la stratégie américaine (parce qu’utilisée en majorité par des sites US) – ce n’est donc pas si fini que cela – Encore une fois la seule personne qui peut hausser le ton ici c’est moi meme!
      3 – Faire du redactionel localisé et bien traduit est le sujet de l’article – l’avez vous lu ou bien etes vous jaloux de ne pas l’avoir écrit vous meme????

      Reply
  24. Mathieu

    Merci pour cet article qui remet bien les choses en place concernant le processus à entamer pour un projet de sites multilingues par exemple. Je pense qu’il y a quelque chose à faire en France de ce côté la, que ce soit pour l’aspect SEO ou l’aspect Marketing, c’est donc très malin d’en parler !

    Reply
  25. Avocat permis

    Article très pertinent. Pour avoir du travailler sur un site multilingues, je retrouve parfaitement toutes les contraintes du référencement. La principale difficulté reste la traduction des mots clés qui parfois ne correspondent pas à la traduction émise par les traducteurs online 😉 méfiance…

    Reply
  26. algerieinfo

    très instructif le billet, mais je crois qu’il faudrait faire appel à des traducteurs natifs du pays concerné parce qu’il y a des mots et expressions spécifiques pour chaque pays.

    Reply
  27. référencement naturel

    Voici, un article très bien écrit, ce n’est pas évident d’avoir une bonne traduction notamment des mots clef, ils doivent rester pertinent.
    Après je suis également convaincu, que la meilleure solution est de passer par un traducteur natif.

    Reply
  28. Teddy

    Merci pour les tuyaux mais je ne vois rien ici qui traite spécifiquement des sitemap 😉 lié à la déclaration de ces domaines dans GWT. D’ailleurs Google est surprenant par fois (je veux dire récalcitrant) avec les sites en /fr /es … moins bien précis qu’avec les TLD nationaux ou c’est plus simple et plus rapide !

    Bref la joie du SEO ca a mis un temps plus que long pour qu’il prenne en compte mes changement meme en Plusant la page cible 🙁

    Reply
  29. Ioana Radu

    Merci pour avoir partager tous ces informations. Tres utiles. Effectivement, la recherche de mots-cles a une grande importance quand on parle d’une campagne de referencement.

    Reply
  30. Fab

    Le multilingue est très risqué, se lancer dans cette aventure peut casser des dents. J’ai pour ma part beaucoup investis dans un site en turc. J’ai fait traduire toutes mes pages une centaines dans cette langue par quelqu’un de bilingue mais n’étant pas du tout spécialiste du sujet, il s’est averé que le terme pouvait s’utiliser de deux façons différentes. J’ai ensuite poussé le ref sur ces termes, pour un résultat nul. Du coup et bien je reste sur le french market c’est moins risqué!! 😉

    Reply
  31. tuto php

    bien choisir ses mots clés c’est la base d’un bon référencement quelque soit la langue. Personnellement, je ne lancerais jamais dans le choix d’un mot clé sans connaitre tout d’abord la langue proprement dite, ce serait une perte de temps.

    Reply
  32. Palmyre

    J’ai trouvé très utiles aussi bien l’article que les commentaires, car j’avais l’intention de lancer un site bilingue; avec toutes ces indications, je vais y aller pas à pas et même peut-être faire en faire deux sites distincts. Je continue à réfléchir.

    Reply
  33. filtre à eau

    Bonjour

    S’il y’a une chose que j’ai remarqué lors du salon e-commerce c’est l’absence des agences du Référencement naturel.
    PAS DE NOM = PAS DE LIEN

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *