Le Mega-Net ou comment gagner sur tous les tableaux

Dans les commentaires d’un vieil article, Gwaradenn  – référenceur freelance (hop un peu de promo au passage) – m’avait demandé de balancer quelques techniques auxquelles j’aurais pu me frotter aux US histoire de voir un peu si les SEO yankee avaient du poil aux pattes et si ils étaient plus balèze que nous / ou pas. Dans l’article qui suit je me suis donc penché sur un cas concret de technique SEO sur  lequel je me suis cassé les dents (que dis-je ramassé lamentablement) non pas avec un mais avec deux clients à moi et dans un domaine hyper-ultra-top concurrentiel.  J’ai eu beau contracter mon muscle SEO il arrive un moment ou ben il faut avouer qu’il n’y a pas grand-chose à faire (en tout cas en restant dans des techniques WH et dans les budgets alloués).

Les yankees n’ont pas inventé le fil à couper l’eau chaude

Les afficionados de la nouveauté ou ceux qui pensent qu’ils vont trouver un super plan qui marche à fond et qui les propulsera au top des SERPs risquent d’être déçus, d’un point de vue purement théorique/ technique / sémantique les américains n’ont pas grand-chose à nous apprendre, en tout cas pas en ce qui concerne les techniques WH (pour le BH ce n’est pas impossible mais je laisserai les spécialistes faire leur veille).   

Le cas d’école que je vais présenter dans cet article repose sur une/des technique SEO de Link building bien connues de mininet (à peu de choses près) – sauf que – comme « everythin’ bigger in Texas (à prononcer avec l’accent nasillard) là ca va être en plus grand, beaucoup plus grand. Pour rappel, les USA c’est 300 Millions + de clients potentiels qui vivent sur un territoire qui couvre 4 fuseaux horaires.

« FirmS*te® by FindL*w »

Je ne sais même plus combien de fois j’ai vu ce logo dans le footer des sites concurrents de mes clients. Si vous cherchez un avocat, quel qu’il soit divorce, immigration, criminel, personal injury, vous allez forcément trouver dans le top 10 des résultats un ou plusieurs sites développé par cette agence (firms*te) et /ou leur annuaire findl*w.com. Ils sont partout, c’est aussi simple que cela! Et quand ils ne sont pas là c’est parce que le site de l’avocat a été développé par un de leurs 2 gros concurrent  – (ils sont 3 à se partager le marché grosso modo – et ils utilisent plus ou moins la même technique – il y a Firms*te , Ilawyermarket*ng et Scorp*on Des*gn)

Bon alors comment qu’on fait

Première Etape:

Tout d’abord il faut trouver une niche qui rapporte dans laquelle vous pouvez trouver un grand nombre de clients potentiels, qui n’aient pas forcément besoin de visibilité au niveau national mais qui ont des moyens financiers relativement important- La plupart des professions libérales feront l’affaire ou alors les prestataires de services locaux – médecins en tous genre, avocats, dentistes, photographes, plombiers et contracteurs divers, traiteurs et cætera. Et vous vous spécialisez dans cette niche. Cela va vous permettre de coller des à la fois vers votre site (Prestataire de services web) mais aussi pour l’annuaire spécialisé que vous avez créé dans la niche. Jusqu’ici c’est du SEO de base rien de sorcier à cela, mais encore une fois si on joue avec le nombre cela permet à long terme de se mettre à l’abri du besoin en lien. Voir ci-dessous:

A noter >> Les sites web que vous allez créer pourront être hébergé sur les serveurs de votre compagnie (SAAS ou bien hébergé sur les serveurs choisis par le client, que ce soit en Mutu ou non) cela va permettre de varier les IPs « a l’infni » et donc de créer une popularité qui a l’air naturelle.

Vous allez me dire pour le moment ce n’est pas bien plus malin que ce que font des gens qui  créent des thèmes WordPress… Et je vous répondrai non ce n’est pas plus malin. Le truc dans ce cas c’est que le conseil légal est une niche extrêmement concurrentielle et qui rapporte beaucoup – (voir article sur les mots clés les  plus chers)  les avocats ne se font généralement pas créer un seul site mais plutôt une galaxie, (en moyenne dans les 9 a 12 sites)  -tous avec du contenu unique et sur lesquels il y aura un minimum d’efforts de link building. Pour le coup nous avons donc les 2 voire 3 premiers cercles d’une linkwheel plutôt clean puisque composée uniquement de site d’avocats, ayant chacun des contenus uniques, hébergés sur un nombre d’ip unique relativement important et qui mélange à la fois votre serveur, des mutu et des dédiés éparpillés au 4 coins du pays.

C’est bien pour mon site et mon annuaire tout ça mais comment qu’ils font mes clients pour chopper des positions?

Deuxième Etape – linker les clients

Rien de plus simple on va linker les clients entre eux soit  via une page « ressources » mais pas tous, on va en linker certains via leurs blogs, mais pas tous non plus et on ne va pas bourriner comme des gorets sur les mots clés qui vont bien, on va varier les ancres. Dans la mesure où les services proposés par les avocats sont limité à des locations géographique bien précises on peut se permettre de les lier entre eux avec une relative aisance: un avocat criminel situé à Los-Angeles par exemple pourra lier un autre avocat criminel à New-York. On peut même pousser le bouchon un peu plus loin en faisant lier des avocats présents dans le même location géographique mais spécialisés dans des disciplines différentes – I.E. un avocat criminel va lier un avocat pour les divorces ou un avocat d’affaire.

Rappelons encore une fois que certains des sites sont sur des mutu, d’autres sur des dediés d’autres encore sur les serveurs de notre compagnie. Mais aussi que certains des sites d’avocats sont récents, d’autres sont plus anciens, certains ont des sites annexes, d’autres non, certains ont des blogs, d’autres non, les noms de domaines sont enregistré aux noms des clients etc… Tout cela donne une certaine impression de naturel  et si en plus vous ajoutez un peu de soumission annuaire et un soupçon de communiqué de presse (quand on appartient à Reuters, ça doit être jouable de chopper quelques CP pas trop pourrave) et une pincée de blogging et de social média, couplée au nombre de sites dans le système, vous avez une linkwheel de taille impressionnante et que je qualifierai d’inattaquable (quoi qu’avec Google… on ne sait jamais).

Et pourquoi qu’il dit qu’on gagne sur tous les tableaux avec ce système?

J’ai l’impression d’enfoncer une porte ouverte tellement la réponse crève les yeux, mais pour mieux illustrer tout cela mettons-nous 5 minutes dans les pompes d’un avocat qui entre dans le programme et regardons combien de fois nous allons mettre la main au portefeuille (je laisserai le soin à chacun de vous de mettre les chiffres en fonction de ce que vous facturez vous-même ou de ce que vous avez vu facturer par d’autres):

  • Conception du site web (code, design, contenu)
  • Licence CMS
  • Hébergement (facultatif)
  • Package SEO de base (link builging, CP facultatif mais recommandé)
  • Participation à la linkwheel (facultatif mais plus ou moins obligatoire sinon pas de résultats – et ensuite, les gars ils vous tienne par les cou*lles puisqu’à la moindre rébellion vous perdez vos liens, vos positions, votre trafic…)

Mais aussi (via l’annuaire)

  • Listing dans l’annuaire (se fait par avocat et non pas par firme, c’est renouvelable tous les ans et ça coute une race pour un listing de base)
  • Publicité dans l’annuaire (la encore une race puisqu’en direct)

36 réactions sur “Le Mega-Net ou comment gagner sur tous les tableaux

  1. Mary

    SERPs domination à l’américaine : de gros moyens et des techniques éprouvées.

    Par contre, si je ne m’abuse, les cabinets n’ont « en principe » pas le droit de faire de la publicité en France… mais bon, le SEO, ce n’est pas de la publicité 😉

    Répondre
    1. Julien Auteur de l'article

      Ah c’est possible qu’en France ils n’aient pas le droit de faire de la pub … mais bon on peut taper dans le médecin, le dentiste etc …Aux US les avocats on le droit de faire de la pub… ce sont d’ailleurs les pubs les plus nulles qui passent a la télé et a la radio

      Répondre
  2. cdillat

    Pas mieux que Graphiste, La plupart des ordres interdisent cela en France.

    J’ai discuté avec mon Kiné par exemple et ils n’ont pas le droit de faire de pub, tout comme les toubibs, les notaires … (mais certain s’en cognent de ce que je vois)

    Je comprend mieux le squattage de SERPS par les annuaires « professionnels »

    Répondre
  3. LaurentB

    D’après mon expériences, les ricains sont largement plus affûtés sur le plan marketing, mais les frenchies se la donnent bien côté technique.
    Ce qui est rigolo concerne les frenchies qui veulent copier-coller les méthodes marketing des ricains. Ca me rappelle les vendeurs de machine à découper les légumes sur le marché, alors qu’aux USA le truc passe très bien.

    Répondre
  4. Julien Auteur de l'article

    @cdillat
    Ah Merde… dommage je me disais que ca allait inspirer des gens mais si les professions libérales ont pas le droit de faire de la pub…

    @LaurentB
    On peut résumer la situation comme cela… Au niveau technique je n’ai rien vu qui m’ait retourné le cerveau comme j’ai pu voir en France – ou alors les bons techos sont plus discrets ici.

    Répondre
  5. Arnaud

    Encore une fois les ricains font tout à bien plus grande échelle que nous que ce soit les verres de soda ou encore le seo. Car en soit ce qu’ils font n’a rien de sorcier techniquement mais encore une fois c’est la taille qui fait la différence.

    Répondre
  6. Reyvax

    Ahma, le problème en France c’est que la concurrence n’est pas vraiment « réelle », la répartition des professions libérales, est sous entendu avec ses confrères. D’où la non nécessité d’être visible sur le net.

    Répondre
  7. Samuel

    Comme tout bon système pyramidal, toute la difficulté est dans le démarrage, mais c’est sympa d’avoir un aperçu des techniques bulldozer des states, ça donne des idées!
    See u soon mate

    Répondre
  8. Julien Auteur de l'article

    @Samuel
    Je ne parlerai pas de systeme pyramidal vraiment mais ce qu’on peut dire c’est que la link wheel sur le coup est véritablement super bien foutue puisque qu’elle inclue des variables que je qualifierais « d’aléatoires » a plusieurs niveau ce qui crée cette impression de réelle.

    Répondre
  9. Aurélien

    J’ai entendu mes oreilles sifflées de Paris hier soir !
    Merci pour cet article explicatif de ce qui peut se passer outre Atlantique.
    Cela me fait penser aux agences web qui croient faire du référencement car elles font du lien à partir des divers sites clients et que leurs sites d’agence sont PR6.
    Bref, création de site, occupation d’un marché via le réseau et l’annuaire de référence. Intéressant. 😉

    Répondre
  10. Sylvain

    La communication des professions libérales ( avocat, pharmacien, chirurgien, etc. ) est réglementée en France, mais ils ont tout de même le droit d’avoir des sites web et ceux-ci ont le droit d’être présent dans les annuaires.

    Répondre
  11. Papy Spinning

    Les professions libérales répondent d’une vieille culture. Certains ordres considèrent la distribution de cartes de visites comme de la pub. Alors un site ouéb… Certains ordres imposent (ou tentent d’imposer) la location d’un sous domaine à partir d’un ndd global. C’est le cas des dentistes en particulier, auxquels on propose également d’utiliser les mêmes contenus… si si !
    En gros ce n’est pas libéral du tout.

    Répondre
  12. Fred

    Je ne comprends pas bien ce qu’il y a de nouveau dans cet article. Toutes les grosses boites de développement web font déjà ce genre de chose non ?
    Enfin en tout cas c’est ce que j’ai pu constater chez nos concurrents dans le milieu des séjours linguistiques …

    Répondre
  13. Vincent

    J’ai connu a peu près la même chose en france dans le domaine du mariage mais en moins grand.
    Le mec a commencé par scrapper les catalogues pour placer son site en 1ère position sur robe de mariée et cie et a fonctionné ensuite comme tout bon apporteur de trafic : « maintenant tu m’envoies ton catalogue avec des sous et un lien sur ton site et je t’envoie du trafic ». Certains ont tenté un procès, ils ont perdu (beaucoup plus que le procès)
    Le pire c’est qu’en 5 ans il est devenu incontournable et a réussi à se choper toutes les grandes enseignes du milieu (c’est à dire 3 détenu par la même famille…)

    Répondre
  14. Roch Daniel

    J’avoue que le principe parait efficace, pertinent et bien conçu, mais quant est-il du coût réelle de l’opération et du nombre de salariés de la dite firme pour réussir à créer un réseau de sites aussi vaste.

    Même avec les plus grosses agences en France, je doute que l’on arrive au même résultat en termes de liens et de contenus…

    Répondre
  15. Robert

    C’est une bonne idée pour les agences qui souhaitent se spécialisée dans un domaine !
    Bon cela risque d’être des domaines assez chiant..

    Mais je propose : les salles de musculation, les garderies, les livreurs de pizza…

    A bon entendeur 😉
    Rob

    Répondre
  16. Julia

    C’est assez impressionnant de constater leur puissance de frappe… C’est vrai qu’en France on assiste à des monopoles puissants aussi, mais j’ai l’impression que les techniques sont moins agressives quand même, on garde l’esprit magouilleurs à la française^^

    Répondre
  17. Julien Auteur de l'article

    @Aurélien
    Le principe est identique mais dans ce cas les agences citées ont tout de même la décence de faire péter des liens entre les (nombreux) clients. De ce fait tout le monde est gagnant à entrer dans la link wheel. Si je prends un cas concrets d’un de leurs sites d’avocats, le site a dans les 2500 liens dont la moitié vient d’’autres firmes… dans un domaine ou personnes ne lâche rien c’est énorme. Ils prennent énormément de liens vers eux et leurs annuaires mais la puissance de feux du cross linking entre clients est elle aussi très impressionnante compte tenu du champ sémantique.

    @Sylvain & Papy Spinning
    Aucunes restrictions ici. Les professions libérales sont un business comme un autre.

    @ Fred
    Il n’y a rien de nouveau et je n’ai jamais dit qu’il y avait quelque chose de nouveau dans cette technique. La différence avec tes concurrents vient du fait que les agences en questions sont des prestataires de services – ils ne font pas concurrence à leurs clients (sauf avec leur annuaire). Tous les sites de compagnies de séjours linguistiques ont-ils été développés par la même agence? J’avoue qu’en France je n’ai jamais réellement vu de tels montages.

    @Vincent
    Le principe est légèrement différent sur le coup puisque les agences en question développent les sites des firmes, et même si elles prennent la plus grosse part du gâteau, elles font profiter leurs clients des bénéfices de la linkwheel. Comme je l’ai dit j’ai bossé sur 2 sites d’avocats et il m’a été impossible de chopper des résultats sur des mots clés génériques à cause des sites de ces agences qui se linkent entre eux.

    @Daniel
    Ah ce sont des grosses boites. Peut-être une grosse agence en France pourrait-elle faire ce genre de choses mais y a-t-il le marché.

    @Rob
    Il y a possiblement des niches sur lesquelles il serait intéressant d’appliquer ce genre de technique… La pour le coup ils ont véritablement choisit la poule aux œufs d’or quand tu vois les tarifs et l’argent que génère le conseil légal aux US.

    @Julia
    Possible, en France nous appliquons un peu plus le principe du « pour vivre heureux vivons caché ». Si de tels montages existent-ils sont plus discrets.

    Répondre
  18. Phil

    L’article est interessant…on y a tous pensé…même en partie.

    Mais dans les commentaires de qualité eux aussi se cache une pépite ! Le mot clé d’Aurélien !!

    Prriceless 🙂

    Répondre
  19. SEO Factory Girl

    Très intéressant comme article (oui c’est un peu spammy comme commentaire, mais c’est sincère).

    Du coup, c’était quoi le budget client et comment tu t’en es sorti ? Comment s’attaque-t-on avec ses petits muscles (façon de parler ^^) à ce genre de truc, et comment assume-t-on le fait de ne pouvoir *rien* faire ? (je suis la seule à avoir l’esprit pratique on dirait).

    Répondre
  20. Julien Auteur de l'article

    Ben je m’en suis pas sorti vraiment – aucun des mes 2 radin de clients n’a voulu sortir le budget supplémentaire pour faire du lien –

    J’ai quand meme réussi a augmenter la visibilité d’un des 2 en faisant un peu de site flipping via certains des domaines satellites qu’il avait + un peu de soumission annuaire + un peu de CP mais … c’est dur de rattrapper le retard en BL dans ce cas donc j’ai choppé un peu d’accessit mais rien de bien concret

    Répondre
  21. Maximilien

    Article très intéressant ! Je pense que c’est une tendance qui va se développer de plus en plus en France dans les années à venir, et je pourrais même dire que ça a commencé dans certains secteurs très concurrentiels mais à plus petite échelle qu’aux Etats-Unis, j’en suis convaincu 😉

    Répondre
  22. Betclic

    C’est fort probable qu’ils ne sont pas autorisés à faire des publicités en France. Par contre aux Etats-Unis d’Amérique, le droit est donné aux avocats d’en faire mais en général ces publicités ne sont que des vases vides.

    Edit – non mais le commentaire est vide aussi donc je bourrine

    Répondre
  23. eric

    Ce qui m’interpelle de suite après la lecture c’est le coup de l’opération ! Quelle agences françaises peuvent se lancer dans un montage tel que celui-ci qui à certainement le gros avantage d’être efficace et rémunérateur, mais qui est tellement ciblé qu’on ne peut pas prendre le risque de se louper…
    Super intéressant en tout cas merci

    Répondre
  24. Loïc helias

    C’est vraiment intelligent et propre aux yeux des SERPs, la dessus je rejoins @Laurent, ils ont une vision du marketing bien différente de la notre, et leurs concepts ne sont pas toujours exportables en France. Regardez l’ergonomie de leurs sites web c’est à des années lumières de ce qui est toléré en France par les utilisateurs!

    Répondre
  25. Denis D

    Si je comprends bien, il y a un quasi-monopole d’agence pour certaine activités, soit on passe par eux, soit on rame….
    Et je pense que dans les 2 cas on banque fortement !
    Ca doit pouvoir se faire partout, faut juste choisir la bonne niche.

    Répondre
  26. webtikinfo

    Je tombe par hasard sur ton article, et même si je comprend la position pour les professions libérales; je me demande pourquoi ne pas utiliser la meme technique pour des professions plus petites mais encore plus nombreuses comme certains artisans… mais bon c’est vrai difficile de les attaquer j’en parle en connaissance de cause, meme pas cher il prennent pas. Mais sous un autre angle d’attaque à voir ! Encore faut il trouver la bonne niche (y en a surement d’autres)

    Merci pour l’article sinon et le BL (en passant)

    Répondre
    1. Julien Auteur de l'article

      Ce ne sont pas des concurrents puisque les avocats en question ne pratiquent pas dans le même état

      Répondre
  27. Veille internet

    Je trouve qu’il n’y a vraiment pas meilleur que les Nord américains (USA et Canada) pour exploiter au maximum les possibilités d’une niche (parfois à l’excès d’ailleurs), notamment en maximisant l’approche marketing de leur marché. La raison à cela est évidemment dû à une masse critique de clients beaucoup plus importante qu’en Europe, permettant l’émergence d’un nombre de niches « rentables » (seuil de rentabilité) beaucoup plus importantes qu’en France.

    Répondre
  28. Nathalie

    Difficile de lutter contre de gros groupes en référencement. Ne pas négliger la traditionnelle FAQ, chronophage certes, mais qui permet facilement de taper dans la longue traîne d’un domaine hyper concurrentiel.

    Répondre
  29. Nicolas Nguyen

    Je n’avais jamais vu cet article M. LeMuscle. Ma foi, tu décris bien une certaine typologie du Netlinking. La question étant, est-ce qu’un jour Google s’en prendra à cette méthode ou pas. (et si c’est le cas, bien des boites couleront..)
    Affaire à suivre 🙂

    Répondre
    1. Julien Auteur de l'article

      Pour ce qui est des linkwheel que je décrit… j’ai des doutes – les 2 ou 3 cpmpagnies que dont je parle font uniquement dans le site d’avocat … Je ne vois pas Google tout fanfaron qu’il est aller chercher des noises a des milliers d’avocats – cela pourrait se retourner contre eux…

      Répondre
  30. azurlingua

    Très bon article, finalement on se rend compte que les meilleurs stratégie SEO sont celles qui repose sur quelque chose dans la vie réelle, la construction d’un réseau qui fortifie ses membre à l’ouest rien de nouveau, l’adaptation aux règles des moteurs de recherche juste une adaptation.
    En revanche je suis sure que ce réseau doit même être efficace pour créer du trafic sans même passer les moteurs de recherche.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *