C’est pas un titre qui en jette ca ?! Si monsieur! Mais que se cache-t-il derrière, une énième analyse de cette dualité que l’on pourrait qualifier d’épique tellement cela nous rappelle le bon roi Arthur et le chevalier Noir.  Vous aurez remarqué que j’ai bien écrit « dualité », parce qu’un chapeau ca se change, au gré du temps, des humeurs, de si on a un sac ou pas… Le black Hat se décline en toute une diversité de gris plus ou moins foncés qui passent même maintenant par le rose (Et hop un p’tit lien pour Gwaradenn) Tiens d’ailleurs je le prouve, regardez bien au prochain paragraphe je change de chapeau!

casino ! casino ! casino ! gamble ! Jeu en ligne ! Poker ! Poker ! Poker!

Hop je repasse en blanc! Z’avez vu ! Le black Hat ! C’est trop FACILE ! ;op

Tout a été dit sur les référenceurs black hat !

Ou presque ! Diabolisés par dieu Google lui-même et son messie Matt Cutts ils ont été au fil du temps soit mis au pilori  soit encensés pour leurs découvertes. J’avoue avoir moi-même fait parti des chasseurs de sorcières dans mes années de jeune référenceur débutant. Aujourd’hui encore l’ombre du sombrr…éro plane sur notre profession. J’ai même entendu dire que certains SEO racontaient des histoires black hat à leurs enfants pour leur faire peur : « Attention si tu ne dors pas le méchant SEO black hat va venir t’optimiser et tu vas te faire blacklister par Google ! ».

Alors c’est quoi un référenceur obscur ?

Alors ils ont une sorte de tronc commun de caractéristiques puis on arrive à distinguer plusieurs profils. Passons tout d’abord en revue leurs traits communs :

NDLR – Le trait a été volontairement forcé et certaines caractéristiques sont toute aussi valables pour les chapeaux blanc aussi.

Le chapeau Noir c’est un affilié ! Et plus précisément un affilié dans les milieux qui rapportent pas mal – Jeux en ligne, assurance, crédit, porno et je manque surement une ou deux niche. Il bosse pour sa gueule, sur ses sites et c’est dans ses poches que les sous tombent / ou pas.

Les chapeaux noirs sont en général  plus techniques que les chapeaux blancs (mais il faut dire que je fais chuter la moyenne pas mal).

Les différents profils

L’expert

Je pense notamment au très connu Tiger mais n’importe quel membre de la SeoBlakOut Team pourrait probablement entrer dans cette catégorie. Plus récemment il y a aussi discodog qui  a fait parler de lui. Ils connaissent les SEO sur le bout des doigts et sont très très calés techniquement. Ils ont inventé la machine a lien,  le content spinning et autres joyeuserie.  A noter une sous catégorie chez les experts – Le GEEK/NERD – que j’ai pu rencontrer a la soirée de lancement d’un casino en ligne.

L’amateur Eclairé

Il a réussi a mettre en place son petit site et a le monétiser, il tape un peu dans l’optimisation black hat mais rien de bien méchant, histoire de garder son site a flots. Il se tient lui-même au courant et progresse a vue d’œil même si il a un temps de retard sur les experts.

L’amateur tout court

Alors lui c’est toute une histoire, Il est dans le porno (amateur justement) et n’y connait absolument rien au web (ou presque). Il a monté un site fait de bric et de broc en HTML statique avec des bouts de code qu’il isole, copie/colle dans son site et adapte (Incoyable mais Vrai). Il va ensuite a la chasse au lien sur les nombreux autres sites amateurs.  Bon gars dans l’absolu, il croit que je travaille pour Google (vrai aussi, malgré de nombreuses explications) et il tape dans le black hat sans vraiment savoir comment… il a souvent un train de retard (et demi) sur les techniques au gout du jour mais peu lui importe. Mine de rien il a pas trop mal monétisé son site et a réussi a chopper 2/3 bons rankings sur des mots cles assez niche mais bien juteux (sans mauvais jeux de mots!).

L’Enculé

Seul profil qui ne se retrouve pas en white hat (pas a ma connaissance) et seul profil pour lequel je n’ai aucun respect. J’en ai rencontré 2 dans ma vie, un dans le porno, un dans le jeu en ligne.  L’enculé est bien moins technique que les autres et son succès repose sur le fait qu’il a été un pionnier. Il est arrivé dans le business par hasard quand il a vu que son site perso faisait moulte trafic en 1992, il y a collé des bannières et fait beaucoup beaucoup beaucoup d’argent. Il se concentre énormément aujourd’hui sur les techniques de négative SEO et le but de ses employés (car il ne touche plus au code depuis longtemps) est plus de détruire la concurrence que d’acquérir de nouveaux rankings.

Je fais appel a vous si vous connaissez d’autres profils faites moi savoir.

Pourquoi je n’ai pas peur des chapeaux noirs !

La première raison et probablement la meilleure ! On ne se fait pas concurrence ! Nous ne sommes pas sur les même thématiques et lorsque nous le sommes, je bosse directement pour l’annonceur (le casino en ligne en l’occurrence) ce qui me donne un avantage certain (ca joue, ca joue !).

Deuxième raison: Lorsque nous sommes en concurrence,  ils sont obligés de changer de chapeau, de passer en blanc et donc nous sommes a armes égales (a peu de choses près). Parce que lorsque vous ne bossez pas sur votre propre site, vous êtes bien obligé de prendre en considération les pénalités de notre cher ami Google histoire d’éviter certains désagrément tels que le management de crise de l’e-réputation de votre boite (qu’est ce que j’ai pu me foutre de la gueule de mes collègues allemands il y a quelques années pendant « l’affaire BMW ») ou bien encore d’éventuels poursuites en justice.

On devrait respecter les black hats un peu plus !

Et oui ! Parce que mine de rien, ils font avancer le schmilblick et ils définissent la limite entre ce qui est bien, mal, acceptable ou borderline et que dans noter métier on apprend énormément des erreurs des autres.