Mes Pet Peeves SEO

      2 commentaires sur Mes Pet Peeves SEO

J’étais en train de discuter avec l’ami Bruno Hug quand il m’a dit 2 trucs qui font partie de mes pet peeves dans la communauté SEO (étonnamment surtout la communauté FR).

Et du coup ça m’a donné l’inspi pour un petit article léger du week-end.

Accrochez-vous à vos slips, prenez une lampée de votre apéro du week-end préféré parce qu’on va parlez des trucs qui fâchent !

Les pet peeves – ces petits trucs qu’on trouve chiants, ces détails qui nous cassent les cou*lles plus qu’à notre tour et qu’en plus on ne peut pas s’empêcher de remarquer… comme un toc, un caillou dans la chaussure de notre journée ensoleillée.

Le truc qui vous fait rouler les yeux sur twitter… Mais si vous le savez, quand vous vous dites :

– « P*tain ..! Y’a encore Machin qui vient de poster ce truc… » #facepalm #eyeroll

On a chacun les nôtres, on en partage certains, d’autres pas. On est souvent soi-même le pet peeve de quelqu’un d’autre. Vous avez les vôtres et je vous propose de découvrir les miens.

NOTE : Attention cette liste n’est pas exhaustive dans la mesure ou je suis un vieil aigri, y’a un paquet de trucs qui me gonflent. Et on peut cumuler les pet peeves.

Les titres trop putaclics

Alors je ne sais pas vous mais moi maintenant ça me fait l’effet inverse de ce que ça devrait faire. Direct ça m’énerve et je ne clique pas du coup. Je ne vais pas le voir l’article / la vidéo je sais que ça va être de la merde rien qu’en lisant le titre.

Pas plus tard qu’avant-hier LiBourré qui nous sort ce genre de stream :

« Enfin Dévoilés » !

Rien que ça !

Il a exposé toute l’industrie du SEO le mec si tu en crois le titre… Il s’est pris pour Elise Lucet le pélo. Il a fait des années d’enquêtes en sous-marin. C’est lui « Q », Il sait tout, il a risqué sa vie pour ce stream. Alors qu’en fait une fois que tu regardes, tu te rend compte que c’est le Best Off d’Evelyne Thomas le machin.

Et tout ça parce qu’il y a un gland qui a repris « SON » Bootcamp…  Ca me rappelle « Discussion Avec un Bourelliste Acte 2 ».

J’te jure… ce qu’il faut pas lire / entendre.

Les mecs qui postent des courbes

Alors ce n’est pas le truc le plus chiant de tous mais c’est quotidien. Plus ou moins tous les jours et voire plusieurs fois par jour dans un de mes feeds (twitter, Linkedin, etc…) il va y avoir un pélo qui va poster une courbe de progression de trafic pour montrer à quel point il est un cador de chez tueur à gage et pas vous ! Alors, je comprends, pour un indé ou une agence hein, faut bien montrer ses muscles une fois de temps en temps.

Reste que c’est usant ce concours de celui qui a la plus grosse permanent… C’est usant… Surtout que 9 fois sur 10 on n’a pas le contexte, ni la thématique, rien. Juste une courbe SEMRush ou alors une courbe GG Analytics sans échelle. Ça pourrait passer de 5 à 50 ou de 5000 à 500000 qu’on ne verrait pas la différence, et ça pourrait être n’importe quoi comme trafic – juste youpi le trafic augmente… Parce que je suis le meilleur SEO du monde. Croyez-moi sur parole !
Un de ces 4 je vais vous sortir la courbe sur FIFA le jour de sortie du jeu… z’allez voir je vais coucher tout le monde.

Et par pitié, ne venez pas me brancher sur la fiabilité des courbes de « traffic » SemRush sinon va falloir que j’aille taper dans une glotte pour me détendre.

NOTE : un truc qui est chiant aussi avec les postes de courbes comme ça, notamment sur linkedin, c’est les pods / potes / lèches qui répondent derrière:

  • «YOLO ! »
  • « Super !»
  • « Trop Fort ! »

Alors qu’en fait tout le monde le sait que c’est de la merde la courbe, qu’elle veut rien dire sans contexte ou sans échelle.

Les mecs qui se vantent de pourrir le web

Eh oui, je suis un vieux reac’ là-dessus. Je suis un SEO élevé au grain. J’aime le SEO organique, le SEO propre, élégant, raffiné. J’aime tirer la substantifique moelle d’un site et la mettre en avant. J’aime à penser que je propose un minimum de qualité aux internautes. Alors oui chaque fois que je vois un tweet du genre de celui ci-dessous. Ca me chagrine.

Surtout que Régis Jaitropbu c’est un récidiviste: le gars produit / fait produire des contenus de merde à la pelle, que dis-je, au mètre cube. par porte conteneur entiers qu’il upload du caca sur la toile. Pire, il n’est pas seul, et ce n’est pas uniquement sur les contenus. Quel genre de site est ce que vous croyez qu’on va retrouver dans les PBNs montés à la « je repasserai demain », ou les MFAs « de niche » … Toutes ces pages merdiques, qui couvrent des sujets débiles au possible, avec des masters écrits par un Malgache payé $2.5 la page et ensuite spinnés jusqu’à ce quelles en puissent plus…

Ce qui me chagrine surtout dans cette histoire c’est aussi de voir que le métier chez certains n’évolue pas, ces conneries: c’est des pages satellites et basta – maintenant tu les organises un peu mieux et t’appelle ça un cocon et voilà. Les mecs savent juste mieux brouiller les pistes (et encore) et ça donne une mauvaise image du métier.

🙁

Les réponses qu’on me donne quand je me plains des mecs qui pourrissent le web

« Ouais on est d’accord, c’est de la merde. Mais bon ça marche ! »

Ce n’est pas parce que ça marche qu’on est obligé de faire de la daube !

J’ai déjà pris cet exemple il y a longtemps. Mais Imaginez un peu si la communauté viticole se mettait à mélanger les grands crus avec de la pisse de phoque. Et que vous arriviez un jour pour demander des explications et le mec vous disait « Oui mais bon… ça marche ! ».

Vous lui petez les genoux à coups de planche au vigneron ou pas ?

Les audits de prévente en cold call

Bien entendu. J’ai gardé le meilleur et le plus rageant pour la fin. C’est un problème de SEO in-house ça même si je pense que certains indépendant ou agence ont possiblement reçu ce genre de mails un jour ou l’autres.

Des courriels commerciaux on en reçoit tous les jours, certains meilleurs que d’autres, certains plus pertinents que d’autres… la grande majorité du temps je me contente de soigneusement les ignorer et de ne jamais y répondre. Juste je les garde sous le coude, on ne sait jamais. De temps en temps je prends un pitch – généralement pour un outil – afin de voir si ça a évolué depuis la dernière fois ou pas.

Oui les mails commerciaux… c’est chiant mais bon… j’ai presque envie de dire que ça fait partie du job et ce n’est pas ceux-là dont je veux parler.

Les mails commerciaux qui me font bien bien chier c’est ceux que mon manager / ou mon N+2 me forwarde. Ceux qui sont envoyés par une agence a la mord-moi le jonc qui te zappe exprès, contacte ta hiérarchie avec un mail du type :

« Agence Gros Sabots SARL.

Bonjour, nous avons passé votre site dans {Botify|Oncrawl|SearchMetrics|SemRush} notre outil propriétaire et nous avons trouvé que votre site se fait défoncer sur le mot clé « Call of Duty 2» pour lequel vous n’apparaissaient pas et qui vous fait perdre au moins 19% de parts de marché.

Notre solution SEO unique combine AI et Big data et vous permettra de tout éclater dans les SERPs y compris sur les mots clés brand de vos concurrents.

Contactez-nous pour en savoir plus »

Et toi derrière, tu es obligé de perdre des heures entières de ton temps à expliquer au boss que c’pas comme ça que ça marche, que le SEO se porte bien, que l’agence Gros sabots c’est de la merde, avec arguments chiffrés à la clé. Et ça c’est quand tu n’as pas besoin de te cogner le pitch de prévente.

Tout ça parce que Régis Duc*n qui y penne que dalle au marché du jeux vidéo et a la position bien spécifique de EA dans celui-ci il est venu secouer AI et big Data devant les yeux du N+2. Fils de p*te va !

Et vous c’est quoi vos pet peeves a vous ?

0 Partages

2 thoughts on “Mes Pet Peeves SEO

  1. Yann

    Ah, voilà un week-end qui débute bien…

    Mon principal pet peeve ce sont les articles qui sont là pour faire du remplissage, sans forcément de link baiting, mais juste écrire sur un sujet qu’on a déjà lu partout ailleurs.

    Mon second, ce sont les articles (les même ou d’autres avec un minimum de contenu intéressant) qui ne sont pas datés. Peut-être que leurs auteurs ont la prétention de rédiger des contenus evergreen et qu’il est donc inutile de mettre une date, je sais pas, mais ça m’agace, j’ai envie de vérifier la date de publication sur archive ou en cache du moteur et rien que l’idée de perdre du temps à faire ça m’agace encore plus, du coup je quitte la page souvent sans avoir tout lu, et je ne reviens plus sur le site. Pour moi la date est un élément de contextualisation très important.

    Mon troisième est dérivé, et un peu plus rare ces derniers temps : la date de publication truquée. Genre tu as déjà lu cet article en 2018 et la page affiche « publié : {date du jour} ». Alors certes Google aime les contenus frais, et c’est facile de le duper là-dessus, mais c’est rageant.

    Mon dernier est toujours lié à la date. C’est le secret ultime du copywriter : terminer son titre linkbait par l’année en cours. Genre « 4 astuces pour te rendre irrésistible lors de ton rdv amoureux en 2021 ». Il y a de grandes chances pour que tu puisses remplacer par n’importe quelle année et que ça marche toujours, mais genre c’est du contenu so fresh quoi…

    Reply
  2. Pierrick

    Tu es tel Sancho Panza face à des moulins mais j’ai apprécié cette lecture.

    Clairement, il y a beaucoup de monde qui ne se préoccupe pas de la qualité parce que la quantité ça marche toujours. Je suis d’accord avec tous les exemples du commentaire précédent.
    Après, il y a une combinaison entre l’ignorance des gens et celle de Google. Je bosse dans le marketing, quand même assez loin du SEO, je pleure chaque fois que je lis un sujet marketing traité par un SEO. La SERP « stratégie marketing » est à vomir. Comme s’il suffisait de planter un logo et choisir trois couleurs pour que votre entreprise face 20 millions de CA dès la première année…
    Autre sujet où je m’arrache les cheveux, les notions très théoriques comme mission/vision d’entreprise avec de la traduction de merde qui nous a amené but/raison d’être sans vraiment chercher à comprendre ce qu’il y avait derrière.

    J’en reviens à Google, il a mal appris en s’appuyant sur l’ignorance. Quand un sujet est massivement traité de façon aussi dégueulasse, tu peux faire ce que tu veux, tu ne le remettras jamais dans le droit chemin. Sauf, à faire de la merde comme les autres : pluie d’articles inutiles, questions putàclic, BL à gogo partout tout le temps. Je ne parle même pas à ma petite échelle, sur les sujets que j’ai cité, tu as des articles de recherche excellents sur le site du MIT ou Harvard Business et ils se font bouffer.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.