Quand l’Hébergeur (et la négligence) vous tire dans le pied

Ce matin (pour moi – ce soir pour vous). J’ai diagnostiqué un problème tout con, qui m’a couté relativement cher en termes de visibilité et qui je pense mérite de figurer comme un petit cas d’école dans la mesure où ce problème est le résultat a la fois de l’application de la loi de Murphy et de ma propres négligence même si a priori cela pourrait arriver a n’importe lequel d’entre nous.

Jalons

Je pose les jalons du cas : Un client difficile, en passe de non renouvellement, sous budgété, qui a déjà obtenu depuis longtemps les résultats qu’il est possible d’avoir avec son site et qui vous casse du sucre sur le dos a chaque entretien a grand coup de « depuis que vous avez repris mon site en main (de mon prédecesseur dans la compagnie) mon trafic baisse » (alors que les 4 derniers mois sont les meilleurs que le site ait vu en terme de trafic global et moteur de recherche). Un client qui refuse de débourser un centime de plus dans une campagne de Link building dont il a grandement besoin. Un client enfin pour lequel tout a déjà été fait dans limites de son contrat y compris les petits extra qui font qu’il n’est plus profitable. Bref un client qui se mord la queue et qui se plaint des résultats qu’il n’a pas mais qui ne veut pas fournir l’effort que vous lui demander afin de les obtenir. Bref au final un client qui vous a gonflé et pour lequel vous êtes au final négligent –
Voila mea culpa – mea maxima culpa – j’ai été NEGLIGENT sur ce cas et cela c’est MA FAUTE! Et on ne m’y reprendra plus

La situation

Le client a besoin d’un nouvel hôte et vous envoie un mail le 10 Aout pour vous prévenir que le site change d’hébergement. Situation sommes toute relativement bénigne et qui normalement ne pose aucun problème – pas de changement d’URLs, pas de modification de page ou de Template – ni de modification de contenu ou quoi que ce soit – au contraire on passe sur un hébergeur local et sur un serveur avec plus de patate, Je vois passer la news sans m’émouvoir et je passe rapidement a autres chose, j’oublie même que le mail m’a été envoyé jusqu’à aujourd’hui.

Oui mais voila !

Aujourd’hui c’est le jour du rapport mensuel de visibilité et de trafic – le Dernier rapport de la presta puisque le client a décidé d’aller voir ailleurs si les SEO sont plus verts et compétents. Et aujourd’hui je me rends compte qu’il y a eu un problème et un gros.
En termes de trafic – on a le cas suivant : Trafic direct -30%, Trafic moteur -30% et trafic referrer +70% – Ah ben merde ! keskiseepasstil ??? Et en termes de visibilité on a ca: une sorte de trou de la visibilité (score divisé par 5 au plus bas) entre le rapport du 13 Aout et celui du 1er Septembre – avec une situation qui commence a aller mieux mais surtout un site qui commence juste a s’en remettre.

Je m’en vais donc revoir un peu le trafic et je commence par checker le trafic referrer – puisque c’est le seul qui monte ! Et la Oooooooo surprise – le meilleur site référant c’est euh … le site lui-même et uniquement sur la période du 12 Aout au 24 Aout.

Mais qu’est ce qui s’est passé

A priori les référenceurs qui me lise auront déjà compris – le mec en charge de l’hébergement m’a chié dans les bottes – pendant exactement 12 jours, je retrouve parmi les meilleurs referrers non seulement le site lui-même (sans WWW) mais aussi les autres domaines qui jusque la pointaient gentiment en 301 vers le NDD principal et qui pour le coup ont été crawlés et indexés a la vitesse de l’éclair par notre cher ami Google qui s’est retrouvé subitement avec 4 domaines en lieu et place d’un seul – tous avec le même contenu, tous avec des âges identiques (puisque tous les domaines ont été acheté en même temps) et tous avec une popularité plus ou moins équivalente – une vache n’y retrouverait pas son veau la dedans et Google non plus et quand Google ne s’y retrouve plus et bien il débaroule tout le monde. Aieuuuuuu!

La bonne nouvelle, les mecs ont corrigé leur connerie d’eux-mêmes le 24 et ont remis toutes les 301 en place et le site est en train de se remettre doucement mais surement et a priori j’ai bon espoir qu’il retrouve un niveau de visibilité équivalent a celui qui était le sien avant que l’hébergeur ne foute le bordel.

Comme quoi, une petite connerie ajoutée a un certain laisser aller ca peut vous revenir dans la tronche plus vite que c’est parti.

39 thoughts on “Quand l’Hébergeur (et la négligence) vous tire dans le pied

  1. Seb

    Merci pour ce cas. Bon après on peut comprendre la négligence par l’absence de motivation. Travail non reconnu, tout ça. Mais c’est bon à retenir en tout cas 🙂

    Reply
    1. Julien Post author

      Oui mais bon … sur ce coup je porte une partie de la faute – j’aurais du vérifier que tout se passait sans accro – j’ai été con! Et j’aime pas etre con… bref… un petit retour sur terre bien mérité surtout que ca aurait pu etre beaucoup beaucoup plus grave encore

      Reply
  2. Thomas

    Je dois justement déménager de serveur dans pas longtemps, je ferai d’autant plus attention à ce point que je n’ai pas 4 domaines mais 8 qui pointent sur le principal. Ca pourrait faire mal si ce n’était pas effectué correctement !

    Reply
  3. Hervé

    Je pense que tout le monde a vécu ce cas au moins une fois. Le client qui te chie dans les bottes, tu fais moins attention à ses mails.

    C’est comme oublier de virer le noindex lors de la mise en ligne d’un site et de ne pas comprendre pourquoi il ne s’indexe pas. Qui ne l’a jamais vécu ?

    Tu dis que tu portes une part de responsabilité, mouais bof. C’est au nouvel hébergeur et à priori au référenceur qui s’occupe maintenant du site de penser à tout ce que tu as décrit.

    Te prends pas la tête avec ce client qui semble en plus de mauvaise foi quant à ton taf de référencement.

    Keep cool cowboy 🙂

    Reply
  4. SEO quiquile

    C’est aussi le cas des développeurs, qui au lieu de mettre une directive « noindex, nofollow » sur un type de page précis, l’applique au site. S’il fait ça un vendredi soir sur tout le site et que tu pars en weekend, bonjour les dégâts pour le client!

    Reply
  5. Intensitemtl

    Nous avons tous eu ce genre de client, et le pire c’est qu’ils croient avoir raison sur tout et que nous sommes contre eux. Au fond, j’y vois un problème de comportement et de l’insécurité de leur part. Donc je ne m’arrête jamais sur ce qu’ils pensent et comme toujours, je garde ma porte très grande pour les inviter à sortir.

    Donc ne te casse pas la tête avec si peu, l’important est que tu as trouver le problème, le reste ne t’appartient pas. Reste zen.

    Reply
  6. karim

    Défaut de surveillance de votre part mais pour le coup c’est surtout les types qui ont géré l’hébergement qui ont merdouillé !

    Reply
  7. Littlebuzz

    Question toute bête, tu ne fais pas un check des stats journalier des sites dont tu t’occupes ? Si ce n’est dans le détail, juste un coup d’œil qui te permet de voir s’il y a un truc d’anormal ?

    Reply
    1. Julien Post author

      Non je ne fais pas de check journalier – mais oui j’aurais du voir cela plus tot si je n’avais pas été négligeant

      Reply
  8. Modo

    Il s’agit ici de la routine « administrative », qui est déjà en elle-même rébarbative pour la plupart : vérifier que tout se passe bien sur les différents sites… Dans le même genre, il m’est déjà arrivé de cliquer sur un lien vers un de mes sites pour m’apercevoir qu’il était indisponible, justement parce que je n’avais pas renouvelé son hébergement 😉 Ou encore, négliger la modération des commentaires spammy publiés à priori, et qui font que Google affiche le message « il est possible que ce site ait été piraté » à côté de l’URL du site dans les Serps… Argh …

    Reply
  9. Rémi

    D’où l’intérêt de configurer des alertes Google Analytics en cas de chute de trafic et de bien configurer Google Webmasters qui envoie un rapport si un problème de crawl.

    Reply
  10. TiPi Com and Web

    Il est difficile de maintenir un travail efficace et pertinent quand ton client ne s’engage plus autant que toi. Tout le monde l’a constaté et, quand on passe les petits extras, les petits plus, il n’y a plus rien à faire.
    Bonne nouvelle pour toi, le nouveau SEO n’a pas vraiment tout compris au travail que tu as réalisé, tu vas pouvoir le récupérer ton client avec un peu de chance. Ou pas 🙂

    Reply
  11. Daniel R.

    C’est effectivement une erreur à la con, mais malheureusement il est rare de ne jamais en connaître, y compris sur son propre site. Souvent, c’est l’hébergeur qui plante mais cela peut tout aussi bien-être un plugin qui se désactive ou le client qui appuie sur le mauvais bouton…

    Pour éviter cela, il y a un petite astuce : mettre en place des alertes dans Google Analytics (ou dans tout autre outil de statistiques). Cela m’a sauvé la mise plusieurs en m’envoyant une alerte quand le trafic chutait de plus de X% en moins de 3-4 jours.

    Heureusement pour toi, ils se sont rendus compte de leur erreur à temps 😉

    Reply
  12. Fabien

    Une chance qu’ils aient su remettre en place leurs propres 301 en interne, ça leur évite beaucoup de dégâts en termes de trafic.

    Et d’ailleurs, si ils ont les compétences qu’il faut en interne, pourquoi ne pas rompre définitivement avec un tel client ?

    Reply
  13. Phil

    Aie…

    En tout cas c’est faire preuve d’un grand professionnalisme que d’en parler avec objectivité sans se chercher des excuses.

    Chapeau bas !

    Il m’est arrivé un truc similaire avec la nouvelle mouture de mon site en…no index !! (OMFG)

    Eh oui tout revient comme avant…normalement 😉

    Sinon pour ton client, dans les contrats tu mets une obligation de résultats ou de moyens ?

    Bon courage !

    Reply
  14. Alan

    J’ai déjà connu pire situation dans le même contexte, mais avec changement d’hébergeur : même site, même domaine, mêmes urls, a priori RAS. ce qui n’était pas prévu c’est que le futur ancien hébergeur placerais une R301 vers son site (à l’hébergeur) sur le serveur AVANT propagation des DNS vers le nouvel hosting… Voilà comment on retrouve un site d’hébergeur 1er sur le top mot-clé de son client en lieu et place du site client… pendant 1 mois… donc attention, les changements d’hébergement et a fortiori d’hébergeur, c’est parfois pas si anodin

    Reply
  15. Rom

    Heureusement, la remontée semble rapide. Pourras-tu nous tenir au courant des impacts à moyen terme, s’il y en a?

    Ce billet montre, que comme dans beaucoup d’autres domaines, un client difficile ou de mauvaise foi entraîne forcément un impact négatif : démotivation (du référenceur dans notre cas). Alors messieurs-dames les clients, merci de ne pas oublier de rester polis et courtois.

    Reply
  16. Christian

    @Tattoo tiens j’ai eu un cas presque similaire avec un hébergeur « réputé » qui avait conservé dans ses tables de jonctions domaines IP les sites qu’il avait perdus (clients partis ailleurs)
    Ainsi, 3 ou 4 ans après l’avoir quitté, les clients qui étaient chez cet hébergeur voyaient toujours mon ancien site (car l’hébergeur l’avait conservé et il était aussi FAI)…
    Il a fallu nombre de lettres AR et menaces de poursuites pour que les tables soient mises à jour et que tout le monde ait accès à mon site à jour chez le bon hébergeur !

    Reply
  17. Nicolas Augé

    Salut !

    Mwé, je suis assez d’accord avec Hervé, d’autant plus que tu n’avais pas ( ou plus ? ) la charge d’effectuer une vérification.
    Pour moi, ce travail doit être discuté avec le client en amont et négocié.

    Donc, concrètement, tu n’es pas si coupable dans l’histoire !

    Sinon, j’ai eu effectivement le même cas de figure et des 2 cotés de la barrière en tant que développeur web et en tant que référenceur … Et dans ces cas là, c’est souvent un élément extérieur qui vient perturber le bon déroulement des choses.

    Dernièrement, c’est l’hébergeur qui avait carrément tellement bien bloqué les attaques DDOS que Google ne pouvait plus crawler le robots.txt et l’erreur renvoyée avait provoquée une perte de positionnement ! :-/

    Bref, nous essayons de tout contrôler et tout prévoir mais parfois j’ai l’impression qu’il faut être madame Soleil pour y arriver.

    Reply
  18. Dimitri

    Déja amaha c’est honorable de ta part d’accepter une partde responsabilité. Ensuite comme tu le dis le client est parti a la limite c’etait le boulot du repreneur…Dans tous les cas un rappel interessant de choses a checker lors d’un changement d’hebergeur

    Reply
  19. emin

    Comme on dit l’erreur est humaine et puis ce n’est pas ta faute. en tout cas merci d’avoir partager ton expérience avec nous et saurait t-il possible d’avoir dans prochain article la suite de ce cas et merci encore.

    Reply
  20. Seb

    Un jour les clients comprendront que traiter son prestataire comme de la m…. en barre ne peut avoir qu’un effet négatif sur la prestation fournie. Car même avec la meilleure volonté et tout le professionnalisme du monde, au bout d’un moment quand ton travail n’est pas reconnu à sa juste valeur tu lève inconsciemment le pied.
    Mais bon ça a l’air de finir pas trop mal dans ce cas la quand on voit l’amorce de remontée !

    Reply
  21. mutuelle

    ce sont des choses qui arrivent malheureusement, j’ai moi aussi eu une expérience plus ou moins similaire. ces expériences nous poussent à être plus vigilants et nous aident à apprendre pleins de choses. prenons chaque expérience du bon coté.

    Reply
  22. Agence Web

    Bonjour,

    Je suis de prêt tous les articles qui paraissent sur internet concernant le référencement! Il est utile de bien choisir son prestataire et faire des comparaisons au lieu de choisir le premier prestataire qui se présente à nous! Mais même dans ce cas, il faut toujours faire attention, Heureusement ils ont rectifié le tire dans ton cas!

    Viré le lien car le commentaire n’a qu’un vague rapport avec l’article

    Alex-

    Reply
  23. Bob

    Merci pour ce cas pratique. Ca répondra surement à des questions chez certains. Personnellement, je n’aurais pas non plus fait attention à ce changement ^^

    En tout cas, bonne réactivité.

    Reply
  24. lereferenceur

    Ce genre de cas est toujours interessant pour les débutants comme pour les référenceurs confirmés. Je suis toujours fan de ce genre d’article, qui permet d’avoir des cas concrets, ce qui permet aux petits nouveaux d’apprendre et de découvrir de nouvelles méthodes comme l’article sur la sortie de la sanction pinguin.

    Le changement d’hébergeur qui peut paraitre une broutille mais qui au final peut s’avérer catastrophique selon le contexte s’il y a quelque chose qui foire. La moral ? Toujours vérifier à chaque changement sur un site même des changements bénins.

    Reply
  25. Xavier

    J’avoue que les migrations même bine préparé on ne sait pas toujours ce que cela peut donner. Par contre je découvre dans le commentaire de Rémi (début) qu’il est possible de se paramétrer ce type d’alertes … je vais jeter un œil à ça. Un jour il va falloir que je m’intéresse plus sérieusement a toutes ces fonctionnalités d’Analytics !

    Reply
  26. Delphine

    Une fois j’ai le webmaster d’un client a mis tous les liens du site de sa boîte en nofollow :d , le site avait totalement disparu des SERP !!! Coup de bol j’avais activé mon plugin « highlight nofollow links » sur firefox, sinon j’aurai pu mettre des jours à me rendre compte du problème !!!

    Reply
  27. david

    Bienvenue au club ;-), j’ai expérimenté à mes dépends le même cas de figure (heureusement, cela n’a duré que 24h sans dommages collatéraux), morale de l’histoire : une bonne communication hébergeur-référenceur est un ingrédient indispensable à la réussite d’un projet SEO

    Reply
  28. Vanessa

    Le point positif de ton histoire c’est que cela va en aider plus d’un pour éviter les mêmes erreurs lors d’un changement d’hébergement, moi la première 😉

    Reply
  29. Etienne

    J’ai rencontré les même soucis avec l’hébergement et les détails de l’article m’ont conforté dans certaines idées.
    Merci pour la clarté de ces infos.

    Edit – Bourriné

    Reply
  30. Peter

    Merci pour le partage ! Effectivement, il s’agit d’un cas d’école. Ton histoire me sera en tout cas très utile pour éviter les mêmes erreurs lors d’un changement d’hébergement.

    Reply
  31. salemioche

    Ce n’est pas vraiment l’hébergeur mais le webmaster qui a merdé. Peut être les roles sont jumelés, mais cela fait de plus en plus partie des bases : pas d’url relative, vérifier que l’url demandée est bien celle que « l’on sert »

    Reply
  32. Antoine

    Dis moi si je me trompe (j’ai peut être mal compris) mais tu veux dire que vers les domaines en question qui redirigeaient vers le nom de domaine principal, tu faisais pointer des backlinks, c’est bien ça ?
    Car tu parles d’une popularité équivalente. Dans ce cas c’est assez intéressant de voir que comme ces noms de domaines sont eux aussi puissants, notre ami Google soit complètement perdu avec le DC !

    Reply
    1. Julien Post author

      Salut

      Tu te trompes en partie – JE ne faisais rien pointer du tout – je sais que certains SEO utilise cette technique – Faire pointer des liens vers les domaines en 301 – moi pas – je ne sais pas pourquoi je n’aime pas cette technique –

      Par contre historiquement la compagnie n’avait pas mis les 301 en place et ce n’est que quand ils ont commencé le SEO avec nous qu’on leur a fait mettre – donc tous les domaines se partageaient la popularité (mais pas forcément de maniere equivalente)

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *