La deuxième article de la série « soutenons nos amis annuairistes » sera celle d’Hervé. Taulier de l’annuaire Infinisearch et qui a récemment fait parler de lui en fermant les soumissions « publiques » de l’annuaire.  Dans cette interview Hervé va revenir sur les raisons de cette fermeture ainsi que sur la « vie » d’annnuairiste.

Salut Hervé. Peux-tu te présenter un peu ?

J’ai 41 ans, je suis en couple avec ma femme depuis 22 ans. Nous avons 2 filles. Comme pas mal de personnes bossant dans le SEO, je suis motard. Je suis tombé dedans tout petit puisque mes parents m’ont trimballé partout dès l’âge de 10 ans. Je joue également de la guitare, trop peu à mon goût ces derniers temps

J’ai commencé ma vie « informatique et internet » en 1995. Un coucou tout pourri ou je devais installer MS DOS avant de pouvoir installer Windows 3.1. Je parle d’une époque où l’installation se faisait avec des disquettes (y compris Word et Excel). Comme beaucoup, ma première connexion je l’ai vécu chez AOL et leur offre magique de l’époque.

Bien plus tard, j’ai créé la société Infini’click (il y a bientôt 7 ans). Au départ, je voulais faire du dépannage informatique. Très honnêtement la routine du job m’a forcé à m’orienter vers la création de sites Internet, activité bien plus passionnante et en toute logique au référencement.

D’abord un petit bilan, comment est né Infinisearch ? Ou en étais-tu avec cet annuaire ?

Infinisearch est né dans ma tête au printemps 2010. Initialement, l’objectif était de créer un support me permettant de booster le référencement des sites de mes clients avec des fonctionnalités que je trouvais pas forcément ailleurs. En toute sincérité, je pensais faire un maximum de 1000/1500 soumissions la première année. J’étais loin d’imaginer qu’il prendrait une telle ampleur (8 fois plus de soumissions enregistrées).

J’ai commencé à me documenter, à lire les blogs pour tenter de cerner les besoins de chacun. Le lancement a été laborieux mais j’ai rapidement rectifié le tir. J’ai cherché également à rester à l’écoute des webmasters car il est impossible de réussir seul dans son coin. Je l’ai adapté, peaufiné et profité des idées soumises à droite et à gauche pour le rendre attractif. J’en suis arrivé à proposer le statut VIP, peu répandu à l’époque. Une manière de récompenser les personnes qui jouaient le jeu.

A fin juin 2011, j’enregistrais 1200 soumissions par mois. Mais c’est presque le double que je recevais (entre 2000 et 2100) entre les sites, les articles et les coups de cœur.

Tu as récemment créé le buzz en fermant Infinisearch au grand public. Pourrais-tu revenir sur la situation et sur ce qui a conduit à cette décision ?

Mon intention n’était pas celle de créer un buzz. Je savais que certains grinceraient des dents et que ce serait un sujet de discussion mais pas au point de ce que j’ai pu lire sur Twitter et dans les commentaires de l’article sur mon blog. Je remercie au passage chacun de sa participation

Le malaise, je le vis depuis quelques semaines déjà. Une situation intenable pour moi ces derniers temps (et tu sais le premier combien j’ai le sang chaud). Comme je l’ai expliqué, je validais en moyenne à peu de choses près 40 soumissions par jour (je reviendrais en détail dans la question suivante sur la routine que j’ai mise en place).

Seulement, ce qui m’a conduit à en arriver là, c’est le nombre de webmasters qui ne respectaient pas les conditions ou les commentaires au-dessus des champs de formulaire. Entre le contenu dupliqué, les soumissions rédigées d’un seul bloc, celles avec de nombreuses fautes (orthographe et grammaire), la sur-optimisation du texte, du titre, de l’ancre ou de la meta title, il y avait de quoi sortir la sulfateuse.

Au début, c’était gérable mais le phénomène s’est amplifié en juin quand l’annuaire a pris un PR5. Je veux bien croire que cet indice n’en est qu’un parmi des centaines mais tout s’est accéléré à cette date. Le pire exemple que j’ai eu, c’est la soumission d’un site et de 5 articles par la même personne en 8 minutes. Quand cela arrive une fois, tu peux sourire, quand c’est quotidien et que cela représente 75% du boulot (50% de DC ou de non-respect et 25% de correction), il y’a de quoi devenir fou.

En arriver à cette solution est juste inévitable si je veux le maintenir ouvert et conserver un service de qualité.

Pour que mes lecteurs non-initiés puissent se faire une idée, peux-tu nous donner un avant-gout de la journée type d’un annuairiste ?

Dans un premier temps, je veux préciser que j’ai mis en place plusieurs routines automatiques. Le matin, je contrôle le DC sur une liste de sites enregistrés. L’intégration d’un script perso me fait gagner un temps précieux et cela permet d’en détecter une bonne dizaine chaque semaine. Ensuite j’essaye de faire la validation au fur et à mesure. Je donne bien évidemment priorité à mes clients et il arrive que je reste des demi-journées entières sans valider.

A 13h, c’est la liste des articles que je contrôle. Après-midi de validation au milieu du développement et du référencement, de la veille (Twitter, blog, forum). A 20h, c’est le tour des coups de cœur de passer au détecteur de DC. Après le dîner, encore de la validation et vérification des liens brisés et des redirections vers 23h (encore un script automatique). Aussi pas mal de Skype, c’est important d’échanger surtout le soir ;)

Globalement, cela représente environ 4h par jour de modération.

Et d’ailleurs ca gagne combien un annuairiste ?

Ce n’est pas avec l’annuaire que je parviens à vivre :-) Si certains, parmi les plus anciens, parviennent à gagner de l’argent avec leurs annuaires, cela me semble impossible aujourd’hui avec un annuaire récent tant la concurrence s’est accrue. Et d’autant plus avec le déploiement de Google Panda.

Quelles autres solutions as-tu envisagé ?

Je pense qu’il n’y avait pas 36 solutions. Subir ou taper dans le dur. J’ai choisi la deuxième solution. Que fallait-il faire ? Embaucher toute une équipe de modérateurs pour continuer de refuser des soumissions en masse ? Pourquoi pas, mais le service ne peut rester gratuit dans ce cas.

Et un annuaire payant, penses-tu que cette solution serait viable compte tenu du marché français ?

Si le concept est bien implanté dans le pays ou tu vis (USA pour ceux qui ne le savent pas encore), ce n’est pas le cas en France. Je ne sais même pas si ce serait envisageable un jour d’ailleurs. Je t’ai plusieurs fois questionné sur le sujet, tu ne sembles pas convaincu non plus.

En France, on part du principe qu’un annuaire, et là je parle en général, doit être gratuit puisque son contenu est fourni « gracieusement » par les webmasters. Le paradoxe, c’est que nous (je m’inclus dedans) sommes payés pour soumettre dans les annuaires, entre autres, et faire gagner des positions aux mots-clés visés. En fait, si les annuaires devenaient payants, ils suffiraient aux agences de répercuter ce surcoût. Une agence qui vend une prestation plusieurs milliers (ou dizaine de milliers) d’euros devrait aisément pouvoir incorporer ce coût. (NDLR – Mes clients US  ont un budget soumission annuel variant entre $500 et $3500)

Si c’était si simple, il y a bien longtemps que ce type d’annuaires existerait. Pour 1 ou 2 annuaires, ça peut le faire. Cette solution ne pourrait être appliquée pour une trentaine car le coût serait énorme à facturer au client. Fort logiquement, l’agence fait pression (à travers les forums et les blogs) sur les gestionnaires d’annuaires qui n’ont d’autre choix que de faire perdurer le service gratuit.

Ayant la double casquette, je comprends les deux points de vue et je n’ai pas de visibilité à moyen terme sur le sujet. Le sujet est tabou en France.

Comment va être la vie « post » fermeture ? Quels sont les projets à venir ?

En n’autorisant la soumission qu’aux membres VIP, j’estime gagner environ 3 bonnes heures par jour. Je ne vais pas laisser Infinisearch vivre tout seul pour autant. Je vais continuer de relire les descriptions et contrôler le DC post soumission. Mais cela ira bien plus vite.

Pour les nouveaux projets, j’ai lancé la semaine dernière Veille SEO. Je me suis dit que quitte à veiller sur les réseaux sociaux, les blogs et les forums, autant en faire profiter la communauté SEO :-) J’ai eu une chance inouïe que ce nom de domaine soit libre. Le projet a été monté en 5 jours (logo, design et développement). Il connaîtra des évolutions car j’ai des idées et des amis et confrères m’en soufflent également.

J’ai un autre projet dans les cartons. Il ne me reste plus qu’à me mettre au développement.

Anything Else ?

No really. Je termine cette interview en te remerciant. Tu l’as souvent fait dans tes commentaires chez toi, chez moi et chez d’autres. Tu as défendu à plusieurs reprises les annuaires en expliquant que les webmasters français ne mesuraient pas la chance qu’ils avaient d’avoir autant de supports pour obtenir des liens. C’est à mon tour de le faire en te disant merci pour la confiance que tu m’accordes avec cette interview.