Alors j’ai hésité longtemps, je m’étais que non je n’allais pas faire d’article sur le sujet et puis en fait, ben si, c’est plus fort que moi… Ça m’a trop saoulé, et ça continue de me gonfler que certains mettent le cocon a toute les putains de sauces et comme solution unique a tous les problèmes SEO.

A la base il y a cet échange dans lequel je critique le fait que l’industrie choisie pour illustrer le principe du cocon n’est pas la meilleure pour cela compte tenu de certaines spécificités de l’industrie en question. Et croyez-moi l’optique surtout en ligne, c’est une industrie bien spéciale. Anyway, suite à mon tweet, levée de boucliers chez les cocoonistes qui en viennent même à nier tout simplement les limites de leur concept. Je vous jure j’ai eu l’impression de parler a des platistes…

Donc je vais tout mettre à plat (pun intended) et présenter mes arguments… juste parce que je n’aime pas quand je peux pas finir un truc… Il faut gratter la piqure « hombre » comme dirait le vieux Lucio…

« Tu critiques le cocon parce que tu n’aimes pas Laurent »

C’est de loin l’argument le plus débile que j’ai pu lire depuis longtemps et je propose donc d’évacuer les problèmes personnels tout de suite.

C’est vrai ! je n’aime pas Laurent. A mon avis (et de l’avis de beaucoup d’autres) c’est le Donald Trump du web : C’est un Bully, avec un teston surdimensionné, et un bullshitter de première.  Et si par hasard un jour tu devais débattre avec lui, sache qu’il dira tout, son contraire et qu’il te traitera d’enculé avant de s’autoproclamer vainqueur.

Maintenant que c’est dit, 2 choses :

  • On peut trouver le mec à gerber et admettre qu’il ne dit pas que des conneries au niveau SEO. (Pas que ça fasse plaisirs mais bon…)
  • Derrière le concept de Cocon il n’y a pas que Mr. Melon, il y a aussi d’autres personnes pour lesquelles j’ai du respect.

Et le cocon dans tout ça ?

Alors est-ce que ça marche le cocon sémantique ? Bien entendu que ça marche !  C’est plutôt le contraire qui serait étonnant, que cela ne marche pas… Simplifions le truc un peu à un niveau purement conceptuel … Créer du contenu, thématiquement pertinent et les lier les pages entre elles intelligemment pour gagner des positions, les pages mères étant pousser par les pages filles … Je grossi volontairement le trait mais dans l’absolu… Ça ne vous rappelle rien ?

Edit: On peut augmenter son trafic en créant des pages de contenu optimisées sur des mots clés pas trop concurrentiels ?! Mais quelle est donc cette sorcellerie !! 

Perso en 2010 je parlais de « Conformité sémantique »  à mes yeux le cocon c’est une juste version « élargie » de ce concept et avec une approche mot clé plus orientée « utlisateur » (sachant que l’article est de 2010).

Donc qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit – bien entendu que le cocon ça peut marcher. MAIS ça n’est pas la solution a tout, et surtout ça n’est pas applicable sur tous les sites.

Les limites du Cocon

Et là je vais contredire Christian non désolé mais les sites sur lesquels un cocon n’est pas la solution cela représente bien plus que 0.01% du web.  Le cocon pour le B2B notamment … ça peut coincer plus qu’a son tour

Les sites ultras verticaux

Cette catégorie touche un très grand nombre de sites notamment dans le B2B. Les clients cauchemardesques de tous SEO. J’en avais beaucoup au Texas des boites comme ça, qui font du tuyau, ou du forage etc… et pour lesquels bah… y’a pas des centaines de mots clés / ni des centaines d’intentions clients.

Les sites avec des champs lexicaux « mixtes »

La encore ça couvre un très grand nombre de site B2B qui ont des services accessibles pour du B2C mais pas chez eux.

Exemple, un de mes clients qui faisait du system CCTV mais uniquement pour des usines, des chantiers et des mines.

Les sites à fortes contraintes éditoriales

La encore ça représente un nombre de sites très importants et pas forcément les gros sites corpos (encore une fois désolé Christian). Il y a des sites ou certains sujets ne peuvent tout simplement pas être couverts, pour des raisons légales, ou autres… si je prends l’exemple EA – on ne couvre pas de nombreuses intentions internautes (guides, walkthrough, etc…) parce qu’on ne veut pas spoiler le jeu.

Les limites de l’intention client

Et là je réponds plus directement à Jambu – NON – on ne peut pas toujours trouver un angle de rédaction.

Ils sait pas ce qu’il veut le client déja,  et nombre « d’intention clients » sont couvertes par un silo classique.

Edit: Lunettes + marques, lentilles + marque, lentilles + marques + correction etc… qui sont de toute façon au passage des sections à couvrir plus ou moins impérativement dans l’arbo du site (produits, marques, categories).

Ensuite, à force de chercher des angles d’approches sur un problème on va finir par écrire de la merde, par s’éloigner voire sortir du sujet ou alors on va tomber dans le problème de l’usine à gaz.

Prenons l’exemple de l’infographie : toute la section « trouver un ophtalmo » est plus ou moins « hors sujet » selon à quel point on descend dans l’arbo. Au niveau de l’intention on est à la limite, mais surtout il faut se poser la question : « veut-on en tant que marchand de lunettes en ligne, publier une liste des ophtalmos de France ? ». Parce que les listes ophtalmo par département ca t’engages dans la création et la maintenance d’un annuaire.  Ça veut juste dire plusieurs centaines de pages au mieux à créer, gérer et à maintenir sans compter la relation avec les ophtalmos qui va potentiellement avec.

Pour illustrer mon propos sur l’industrie de l’optique en ligne, j’ai repris l’infographie avec quelques annotations.

 

Edit – J’allais oublier – Les thématiques trustées par des sites à fortes popularités.

Et oui parce qu’on pourra le tourner dans tous les sens le cocon, le lien, ça restera toujours le lien. Et devinez un peu dans quel secteur on peut trouver des sites avec beaucoup de popularité ?? Tadaaa ! L’optique en ligne ! Et je peux vous dire que les Warby Parker, les Lenscrafters et les Clearly de ce monde ils t’attendent et ils vont t’y mettre 4 doigts et le pouce dans ton cocon.

Enfin comme le dit si justement @axenettwit dans les commentaires (je te cite Sylvain, ta remarque etait prévue dans l’Edit et je viens juste de voir ton comm’)  – Avant de taffer sur un cocon il y a moulte actions à mettre en place afin d’être certains que le site est healthy d’un point de vue SEO.

Bref… En conclusion, le Cocon sémantique, oui… pourquoi pas mais pas tout le temps ni n’importe comment parce que comme tout autre concept le cocon a ses limites.