Chaque année nouvelle nous apporte son lot d’inculte du référencement qui nous écrivent des articles absolument sans fondement et dont le but je dois bien avouer m’échappe un peu. En 2010 donc nous avions déjà eu le tristement célèbre Stéphane Bortzmeyer, Ce cher Stéphane en avait remis une couche en 2011 dans une interview sur Tribords. Cette année est un nouveau cru avec l’article publié très récemment par Lionel Dricot sur son blog Ploum.net. Et Comme chaque année la lecture de l’article m’avait enragé au plus haut point tout en m’insufflant un sentiment de lassitude à la limite de la dépression nerveuse.

Comme je le dit dans mon coup de gueule contre les escrocs du SEO justement, je considère que j’ai un devoir envers mes clients. Tu entends Lionel « UN DEVOIR » ! Chopper des positions dans les moteurs de recherches n’est pas une fin c’est un moyen, mon job, c’est d’apporter du business à mes clients pour qu’ils gagnent mieux leur vie. Et par conséquent me faire traiter d’escroc et donc de voleur a le don de me mettre à l’envers a un point que vous n’imaginez même pas.

Je m’étais donc mis au clavier, prêt à en découdre avec Lionel Dricot a la façon du 1er article sur Stéphane B. J’étais déjà en train de décortiquer son article point par point pour lui coller son « saucisson Léon » (et le pouce) au plus profond de son cul usine a logiciels libres. J’en étais déjà aux environs de la moitié d’un article à la fois châtié, pleins de figures de styles et d’arguments chocs quand tout à coup j’ai eu un flash et tout s’est mis en place dans ma tête, je venais de comprendre…

Le flash

Tout d’abord je tiens à présenter mes excuses à Stéphane Bortzmeyer, mes propos de l’article de 2010 était faux Stéphane (et Lionel Dricot par conséquent qui est une sorte de « minimoi » de Stéphane) ne sont pas des incultes, inutiles et arrogants. Non, Lionel Dricot et Stéphane Bortzmeyer ont un raisonnement « sectaires » au sens Témoins de Jéhovah du terme.

Secte : « ensemble d’individus partageant une même doctrine philosophique, religieuse, etc… »

Lionel Dricot, Stéphane Bortzmeyer mais aussi d’autres qu’on a pu voir commenter sur l’article de Lionel Dricot comme « Claude Picot » ou encore « Ours_en_Peluche » sont des « Linuxiens GNUistes » des purs et durs, des militants défenseurs du logiciel et de l’internet libre, qui ont des pingouins comme fond d’écran, comme avatar, et crachent sur une photo de Bill Gates chaque matin au réveil.

Ils sont imperméables au concept même de marketing en ligne, ou de comportement des internautes, c’est hors de leur porté, hors de leur compréhension parce que cela n’est pas dans leurs dogmes. Pour eux seul compte le code, le shell, ce que la machine, le logiciel dit ou fait.

Quand Lionel Dricot dit :

« Dans le cas d’un site « vitrine », le visiteur aura déjà entendu parler de vous. Le moteur de recherche ne servira qu’à vous retrouver. »

Nous pourrions envoyer Seth Godin lui expliquer le plus clairement possible que cette phrase est insondable de connerie qu’il ne comprendrait pas. Mes amis, nous sommes en train d’expliquer l’évolution à des créationnistes. Nos points de vue sont sur des plans tellement différents qu’ils ne se confronteront jamais. J’attends d’ailleurs avec impatience un commentaire de ce cher Stéphane ou Lionel Dricot pour confirmer mon analyse.

Quand je dis que Stéphane et Lionel Dricot se comportent comme des connards odieux et hautains vis-à-vis des internautes lambda comme ma maman par exemple (ce qui a aussi le don de me mettre à l’envers) c’est tout à fait vrai mais ce n’est pas exprès et je dirais que ce n’est pas un « mauvais fond » ; c’est juste qu’ils ont un mode de pensée différent et limité par leurs « doctrine » Linuxienne.