Préambule

Attention cet article va être un peu « technique » dans la mesure où il va entrer dans la définition de certaines tâches auxquelles sont confrontés les référenceurs au cours des campagnes qu’ils mènent pour un site.  Si votre esprit n’est pas clair sur les définitions de SEO, SEM, SMO, SEA, VSO, et autres acronymes barbares du référencement accrochez voter ceinture  car cet article pourrait vous embrouiller encore plus.

Le débat

Ce matin je me suis un peu incrusté dans un débat Twitter entre LaurentB et Florian Marlin qui faisait suite à un article de Daniel Roch sur Seomix dans lequel on peut voir la définition du SEM selon Daniel qui est la suivante :

« Le référencement est l’ensemble des méthodes qui permettent de rendre visible un site Internet »

Daniel intègre joyeusement au SEM tout un tas de trucs et notamment du marketing multicanal y compris email, jeux concours, street marketing  (WTH ??!!??)  etc … (Aie si on y a mis Street marketing j’ai peur de ce qui pourrait être ajouté !).

Au moment où je me suis tapé l’incruste comme un gros malpoli dans le débat Florian et Laurent tentaient de se convaincre l’un l’autre de la catégorie dans laquelle se classerait le VSO (video search optimization) Est-ce une activité SEO, ou bien au SMO ou alors est-ce une spécialité en soi.

Définition du SEM

Je reviendrai sur le VSO plus tard dans cet article car c’est un point bien spécifique aux US qui mérite qu’on s’attarde (rapidement) dessus. Je souhaiterai auparavant revenir au cœur du problème,  puisque c’est de là qu’est parti le débat.  Qu’est-ce que c’est que le SEM, qui traduit en français au sens large nous donne « référencement ».

Si vous allez voir 100 référenceurs, vous aurez (malheureusement) 100 définition différentes, proches les unes des autres mais toujours, toujours différentes parce que nous n’avons pas tous la même approche du concept.

Pour moi, le SEM (Search Engine Marketing) c’est l’ensemble des méthodes qui permettent de rendre visible un site Internet sur le web, et dans le processus de recherche d’information de l’internaute.

Vous allez me dire, « Non mais tu te fous pas un peu de not’ gueule!, Daniel dit la même chose (ou presque) danas son billet! »,  et je vous répondrai  « NAH ! » – Ma définition diffère radicalement de celle de Daniel dans la mesure où je me concentre sur le web déjà.  Pas de street marketing, ni de mailing ou encore de jeux concours – il faut prendre en compte ces autres sources de trafic et s’adapter  mais ce n’est pas mon rôle de référenceur de les conseiller ou pas et/ou de les mesurer (ou pas). Autre point de différence je concentre mon travail sur une étape bien précise du parcours des internautes sur le web : la recherche d’info,Je fais surtout du « pull marketing » et que très peu de « push marketing ». Du coup, on va virer tout un pan d’actions qui augmentent effectivement la visibilité d’un site sur le web mais que je ne considère pas comme du référencement –  Online Media Display (bannieres au CPM) ou l’emailing.

Ma définition est donc la suivante :

SEM = SEO (référencement naturel) + SEA (PPC adwords + Adsense)  + AFFILIATION (limite mais dedans quand même) + SMO (la aussi à la limite)

Pourquoi ça et pas aut’ chose ?

Faisons donc le détail des taches que j’inclus dans le SEM :

SEO – (référencement naturel) – Bon je pense que sur ce point la tout le monde est d’accord, ce n’est pas la peine d’épiloguer.

SEA – (référencement payant ou liens sponsorisés) – Encore une fois inutile de donner le détail

AFFILIATION – La oui j’en vois certains qui ont froncé le sourcil… « Beuh l’affiliation ce ferait parti du Search marketing ? » – Et je vous dis « OUI ! » parce qu’en y réfléchissant bien qu’est-ce que c’est qu’une campagne d’affiliation ? Si on grossit un peu le trait c’est une campagne Adsense payé au CPA. Mais pas seulement! Si j’inclus l’affiliation dans le search (et pas le display par exemple) c’est aussi pare que lorsqu’on est en charge d’une campagne d’affiliation, il faut vraiment faire très attention à ce que font les affiliés dans les moteurs de recherches (protection de la marque sur les liens sponsorisés, parasitage des résultats naturels).  On peut aussi se servir de ses affiliés pour protéger sa marque des concurrents – ou truster des pages de résultats naturels (et sponsorisés) sur certains termes.

SMO  – (social media optimization) – Je pense que la plupart des référenceurs incluent maintenant le SMO dans leurs taches tout simplement par la force des choses, les sites de media sociaux et d’échanges (blogs, youtube, facebook, twitter, etc …) sont de plus en plus utilisés et ont une part de plus en plus grande sur l’usage et quelques fois les résultats des outils de recherches.

Et le VSO dans tout ça ???

Je reviens sur le VSO (Video Search Optimization). Déjà pourquoi c’est ce que c’est quelque chose de spécial aux US. Tout simplement parce qu’aux US les patrons de boites ils aiment bien se montrer ! c’est une culture qu’ils ont pris de la pub TV locale (que je décris dans un article précédent).  L’optimisation des vidéos pour qu’on puisse les trouver dans Google et dans Youtube a en conséquence été quelque chose de rapidement promu par les agences de SEO ici. N’oublions pas non plus que Youtube est les deuxième moteurs de recherche le plus utilisé au monde !

Le VSO je ne pense pas que cela soit pour le moment une discipline en soit pour le moment, comme le dirait Laurent, car tout le monde tâtonne encore un peu mais je pense que cela va venir car les gens commencent à formater leurs production pour le streaming (et surtout pour Youtube) – des vidéos courtes, légères et de bonne qualité (visuelle et de production) et aussi parce que nous (SEO) avons plus de prises sur les paramètres qui font qu’une vidéo sera visible / ou pas. Comme je l’ai dit ce matin lors de ce Mini-débat, le VSO pour moi cela fait partie du SEO, comme le dit Florian, mais au sens « élargi ».

Un autre enseignement tiré de ce matin – Twitter c’est pas fait pour débattre! 140 caracteres pour exprimer ses idées, c’est nul!